Plus d’informations ci-dessous

Espace commun du rez de chaussée

Cuisine commune, tous les équipements sont doublés

Espace commun 2ème étage et mezzanine

3 photos de l’unité Bruno

Unité Gilles : 3 pièces au rez-de-chaussée dans un habitat collectif sur 4 niveaux :

 

La partie privative d’environ 55 m2 se compose d’une kitchenette, d’une salle de douche avec WC, d’un séjour , d’une salle à manger et d’une grande chambre à coucher.
Le logement est lumineux et offre un accès direct au jardin.
Les chats ne sont pas autorisés.
Disponibilité: 1er juillet 2024
Unité Donna: 1,5 pièce au rez-de-chaussée dans un habitat collectif sur 4 niveaux :

 

La partie privative se compose d’une kitchenette, d’une salle de douche avec WC, d’une chambre à coucher et d’un dressing.
Le logement est lumineux et offre un accès direct au jardin.
Les chats ne sont pas autorisés.
Disponibilité: 1er juillet 2024
” Au coeur du village de Denens, une ancienne grange est sans affectation depuis plusieurs décennies. Dans une société en mutation se voulant plus durable tant socialement qu’écologiquement, la transformation de cette grange est un cas d’étude spécifique qui explore une alternative aux modèles d’habitats dominants de la région. Depuis l’acceptation de la nouvelle loi sur l’aménagement du territoire, les villages de la côte doivent réinventer leur modèle de développement. Après un demi-siècle d’accroissement expansionniste et individualiste basé sur la villa et la voiture, la vie locale s’est éloignée de l’idéal romantique encore très ancré dans l’imaginaire collectif. La solidarité villageoise, la proximité avec la “nature”, les liens avec ses voisins perdent en intensité. Ce projet permet de repenser la manière de vivre à la campagne qui peut devenir un terreau fertile pour une vie plus écoresponsable et solidaire. “

Projet

 

Histoire & Géographie

Denens est un village viticole d’environ 750 habitants. Proche de Morges, surplombant le lac Léman, l’agriculture et la viticulture étaient ses deux activités principales. Situé au coeur de la métropole Lémanique, aujourd’hui la plupart des habitants du village travaillent dans le secteur tertiaire entre Lausanne et Genève. Une commune, en quête d’identité, semble hésiter entre ses racines agricoles, viticoles et sa fonction de dortoir suburbain; cela se ressent dans la disparité des différentes constructions.
Cependant à l’heure où nous parlons de gestion durable du territoire de la région, l’habitat va surtout se développer dans les zones urbaines. C’est pourquoi de nouvelles affectations doivent être inventées pour permettre aux villages de vivre et ne pas se figer.

 

Le village de Denens se situe à environ 20 minutes en voiture de Lausanne et 45 minutes de Genève.

Un bus qui relie Denens à Morges (d’où partent de nombreuses correspondances) circule chaque heure. La ville de Morges étant à moins de 5 kilomètres, l’option mobilité douce est aussi possible. Cependant la grange de Chauchy n’aspire pas à être un dortoir pour les pendulaires. Dans un monde du travail en pleine mutation, la variété et flexibilité des espaces permettent d’offrir un lieu propice à des occupations créatrices, autant à l’intérieur qu’à l’extérieur. Cette diversification des activités pourrait redynamiser les villages de la Côte, augmenter leur autonomie et réduire les déplacements.

À Denens, la vue s’ouvre largement sur le lac Léman et les Alpes, il y a une boulangerie, un restaurant thaïlandais, ainsi qu’une école primaire. C’est au coeur du «vieux» village de Denens que se trouve la grange du 19e siècle qui a été transformée en logements.

 

La vie de famille a longtemps servi d’unique base pour l’organisation des logements. Cependant elle a beaucoup évolué.
Le modèle du cluster propose une nouvelle manière de répartir les espaces d’habitation qui répond à une demande liée à l’évolution de la société. Aujourd’hui encore, la majorité des appartements sont conçus sur le modèle du cadre familial traditionnel «deux parents, deux enfants». Or, ce schéma représente seulement 30% de la demande de logements.

«Le défi d’aujourd’hui consiste à tenir compte des besoins des personnes seules, des couples, des colocations, des familles monoparentales ou recomposées dont la taille varie, ainsi que du fait que les structures familiales changent environ tous les dix ans.»

Le projet propose d’organiser de plus petites unités personnelles autour de généreux espaces communs. Cela a pour avantage d’offrir des lieux d’échanges et de partage où l’on cuisine, se divertit, crée, tout en préservant l’intimité et l’autonomie de l’individu.

Pour cela, chaque suite est équipée d’une salle de bain privée et d’une kitchenette. Cette organisation spatiale répond aux besoins et envies de plus en plus variés des ménages. L’équilibre entre les parties publiques et privées se définit au gré des envies des futurs habitants.
Le cluster offre d’une part plus d’autonomie que la colocation et d’autre part plus d’interaction sociale que le studio. Il est la matérialisation en architecture d’une société de plus en plus individualiste, dans laquelle chacun est de plus en plus connecté aux autres individus, dans un réseau de plus en plus grand et complexe. Dans le modèle cluster, «on compte sur une certaine solidarité tout en garantissant des espaces individuels». 

Le projet de cluster proposé à la rue du Chauchy propose 6 “satellites” de 1.5 à 3 pièces allant de 25 à 50m2 et un espace commun de 124 m2 sur quatre étages.

Les habitants se partagent:

– au rez-de-chaussée : une buanderie et un espace variable avec accès au jardin

– au 1er : une grande cuisine avec espace pour manger

– au 2e : un salon avec vue et cheminée, ainsi qu’un espace de 14 m2 sous les combles, dont la fonction reste à définir (espace de travail, sauna, baignoire, jacuzzi ou chambre d’amis).

 

 

Par la mutualisation des biens et des tâches, le premier objectif est de réduire un maximum les déplacements. Ensuite, afin de maximiser l’espace de jardin, nous proposons que la propriété des voitures soit également mutualisée. Selon l’évolution du projet et les intérêts des locataires, une collaboration avec le programme “Mobility@home” est une option envisageable.

Le jardin est entièrement mis à disposition des locataires, ils sont libres de l’organiser comme ils le souhaitent. Selon leurs envies, les grandes lignes, peuvent être discutées avec les architectes qui proposent volontiers un concept d’utilisation en cohérence avec le projet.

Données

6

Unités

10

Habitants

120 m2

d’Espace communs

1

Jardin

QUI SOMMES NOUS ?

Charles Capré et Arthur de Buren, nés en 1991 ont obtenu leur maturité au Gymnase de Morges en 2010 où ils se sont rencontrés. Ils ont ensuite étudié l’architecture séparément à l’EPFL et l’EPFZ. Ils se sont associés en 2017 après avoir obtenu leur diplôme afin de réaliser le projet “Chauchy” parallèlement au travail qu’ils mènent indépendamment, ils se consacrent à différentes activités académiques et architecturales. Très préoccupés par les enjeux du monde actuel, ils réfléchissent constamment sur les réponses possible par l’architecture.

REFERENCES

CONTACT

info(at)chauchy.ch